Les auteurs et l’auto-édition

COMPARAISON INTERNATIONALE DES RAISONS ET MOTIVATIONS

22 novembre 2013

Grâce à l’auto-édition, chacun est aujourd’hui en mesure de publier son ouvrage indépendamment d’une maison d’édition et de le proposer à la vente de façon professionnelle, que ce soit au format ebook ou en version imprimée. L’auto-édition enrichit le marché du livre en lui apportant de nouvelles histoires, de nouveaux thèmes et de nouveaux talents. Les amateurs et les auteurs établis mettent à profit les nouvelles libertés et possibilités offertes par ce modèle de publication et révolutionnent ainsi le marché du livre, dans le monde entier.

Aux États-Unis, les analystes parlent déjà de « l’âge d’or de l’auto-édition »… Afin de mieux comprendre les raisons, la motivation et les perspectives des auteurs, BoD a mené en juillet 2013 la première étude internationale auprès de 1 748 auteurs en France, en Allemagne, en Autriche, en Suisse, au Danemark, en Suède et en Finlande.

L’AUTO-ÉDITION DÉMOCRATISE LE SECTEUR DE L’ÉDITION

L’auto-édition permet à tous les auteurs d’avoir librement accès au marché du livre. En effet, 1 auteur interrogé sur 2 ne disposait, par le passé, d’aucune autre possibilité de publier ses livres, ceux-ci ayant été refusés par les maisons d’édition. Cela est encore plus vrai dans les pays où les maisons d’édition traditionnelles dominent encore largement le marché du livre, à l’instar de la France.

La domination exercée par les maisons d’édition, qui, par le passé, déterminaient dans une large mesure quels histoires et thèmes seraient publiés, a disparu. Le résultat étant un potentiel de développement et de création encore jamais vu, aussi bien pour les nouveaux talents que pour les auteurs établis. Quant au lecteur, c’est une toute nouvelle dimension en matière de diversité littéraire qui s’ouvre à lui, jusque dans la plus petite niche thématique.

L’AUTO-ÉDITION : UN CHOIX ASSUMÉ !

Pour la plupart des personnes interrogées, il n’existe plus de différence qualitative entre les auteurs de maisons d’édition et les auteurs indépendants. D’ailleurs, nombre d’auteurs ne se cantonnent plus à un seul mode de publication. Pour preuve, 1/3 des auteurs auto-édités européens déclarent avoir déjà publié un ouvrage par le biais d’une maison d’édition traditionnelle.

Le résultat : 56,8 % des personnes interrogées se considèrent comme des auteurs à part entière (53,7 % pour les Français) et 43 % s’estiment perçus comme tels par leur entourage (libraires, amis, etc.).

Fort de cette meilleure image de soi, 1 auteur sur 3 opte délibérément pour une publication en auto-édition et non pour une maison d’édition traditionnelle. De plus, près d’1/3 des auteurs BoD interrogés en France et en Allemagne ont déjà publié 4 livres ou plus par ce biais.

L’AUTO-ÉDITION MODIFIE LE RÔLE DE L’AUTEUR…

L’auto-édition offre aux auteurs des libertés totalement nouvelles, tout en exigeant une plus grande responsabilité de leur part. La conséquence étant un changement fondamental du rôle de l’auteur.

En effet, sa responsabilité pour son œuvre ne s’arrête plus au processus créatif. En optant pour l’auto-édition, il décide également de prendre lui-même en main la commercialisation de son livre. Grâce aux médias sociaux notamment, les auteurs disposent de canaux marketing efficaces permettant de cibler directement un large public. Pour atteindre le futur lecteur de son livre, il doit entrer en contact avec le groupe cible et faire sa propre promotion : un défi très souvent inhabituel auquel les auteurs indépendants participent toutefois de plus en plus activement.

Si près de 3/4 des auteurs sont ainsi satisfaits du processus d’auto-édition, seul 1 auteur sur 5 est satisfait de ses propres activités de commercialisation. Environ la moitié des auteurs s’accorde ainsi sur le fait qu’il existe un net potentiel d’optimisation.

L’étroite relation avec les lecteurs offre un autre avantage notable : la grande majorité des auteurs indépendants se dit ouverte aux critiques constructives relayées de cette façon et en tire profit afin de développer leur talent tant au niveau de l’écriture que de la commercialisation.

ARTISTES ET ENTREPRENEURS À LA FOIS !

L'auteur n’est désormais plus seulement un artiste, créateur d’une œuvre littéraire, il est également un entrepreneur se vendant lui-même ainsi que son livre. L’étude révèle toutefois qu’il existe encore un déséquilibre notable entre ces deux aspects. 57,9 % des personnes interrogées affirment écrire plus de 10 heures par semaine, mais seulement 6,8 % des auteurs disent consacrer le même temps à la commercialisation de leurs livres.

Par ailleurs, les 2/3 des sondés européens dépensent en moyenne moins de 200 euros pour des prestations destinées à valoriser leur livre : qualité, aspect et promotion.

L’artiste domine encore sur l’entrepreneur pour le moment. Cependant, les auteurs indépendants se professionnalisant de plus en plus, et l’on peut s'attendre à ce que le rapport entre ces deux rôles s'équilibre davantage à l’avenir.

DES MOTIVATIONS QUI VARIENT D’UN AUTEUR À L'AUTRE…

Si l’on s’en tient à la motivation des auteurs, on constate une chose : il n’existe pas d’auteur indépendant type. Au contraire, les raisons pour lesquelles les personnes écrivent et publient leurs ouvrages en auto-édition varient énormément d’un auteur à l’autre.

Pour une grande majorité (près des 2/3) des personnes interrogées, écrire est à la fois une activité de loisir et une passion.

Il existe aussi des auteurs qui publient leurs livres en complément de leur profession, à l’image des journalistes ou des consultants. Pour ces derniers, l’auto-édition constitue un moyen idéal de publier facilement et rapidement des ouvrages portant sur des thèmes issus de leur contexte professionnel, et ainsi asseoir leur réputation d’expert. Jusqu’à présent, seuls 12,5 % des auteurs considèrent l’écriture et la publication de leurs livres comme une source de revenus. Parmi eux, on compte de plus en plus d’auteurs ayant déjà publié des livres dans des maisons d’édition traditionnelles et découvrant désormais les avantages de l’auto-édition.

… TOUT COMME LES CRITÈRES DE RÉUSSITE !

Pour les auteurs, la définition de la réussite est tout aussi différente que les motifs pour lesquels ils ont choisi l’auto-édition : les critères de réussite dépendent de la motivation à écrire.

Plus des 2/3 considèrent les critiques positives comme un facteur de réussite, tandis que pour près de 60 %, ce seront des invitations à des séances de lecture et pour 55,3 %, la reconnaissance de leur entourage suffit.

En revanche, les aspects économiques jouent un rôle plutôt secondaire au niveau des critères de réussite. En moyenne, seulement 39 % des auteurs indépendants mesurent leur succès au nombre de livres vendus. Seul 1 auteur sur 4 attache une importance au succès financier.

Cependant, l’enquête révèle clairement que plus les auteurs consacrent de temps à l’écriture, plus ils attachent d’importance à l’aspect financier !

L’AUTO-ÉDITION : UNE TENDANCE QUI TEND À SE DEVELOPPER DAVANTAGE

47,5 % des auteurs européens comptent publier à l’avenir davantage de livres en auto-édition. En France également, l’auto-édition progresse. Le nombre croissant de succès évidents de livres auto-édités dans les médias français encouragent de plus en plus d’auteurs à opter pour ce mode de publication.

Malgré toutes les nouveautés liées à l’auto-édition, l’étude montre cependant que, pour la plupart des auteurs, le plus beau moment est un grand classique : celui où ils tiennent pour la première fois leur propre livre dans leurs mains.

L’intégralité des résultats de l’étude sont disponibles ici.

CONNEXION myBoD