Retour vers l'aperçu

Place

8
Photographe, le plus beau métier du monde
Bouchot, Claude
Couverture souple
112 Pages
ISBN 978-2-8106-1677-0
€ 10,00
TVA incl., Envoi en sus
  • Description
  • Auteur
  • Critiques presse (3)

Photographe, le plus beau métier du monde

Extrait de la préface

« Claude Bouchot nous conte ainsi son aventure, mêlée à ses réflexions, à des anecdotes, souvent avec une pointe d'humour. Cette incursion dans des domaines aussi arides que l'optique ou la photochimie pourrait être des plus ingrates pour un lecteur peu averti. Mais il n'en est rien. L'auteur n'évoque les problèmes posés qu'au fur et à mesure qu'ils surviennent, progressivement, à l'occasion de chaque nouvelle étape de sa vie professionnelle. Et lorsqu'une explication un peu plus technique est nécessaire pour éclairer le lecteur, elle est donnée dans une note en bas de page. On le perçoit, dans cette écriture, Claude Bouchot revit son métier. Aussi intensément qu'aux premiers jours, preuve qu'il n'a toujours rien perdu de sa passion originelle. »

Roger Bellone
Journaliste-photographe




Extrait de la 4me de couverture

« Cet essai autobiographique – qui pourrait s’intituler Souvenirs de photographe – apporte un témoignage particulièrement instructif à la fois sur la culture technique propre à la photographie argentique et sur une époque correspondant à l’apogée de celle-ci. Un livre qui se veut aussi un hommage à tous les passionnés de photographie. »

Claude Bouchot

C'est en 1963 que Claude Bouchot expose son premier film avec un 6 x 9 à soufflet. Après avoir appris la photographie en autodidacte, il décide à l’âge de 30 ans de retourner sur les bancs d'école afin d'acquérir l'essentiel des connaissances de base du métier. Puis, durant une année et demie, il étudie la sensitométrie, une formation complémentaire qui se révélera décisive pour sa carrière de photographe scientifique. Dès 1978, ayant le souci de transmettre ses connaissances, il collabore à la rédaction de la revue suisse Photo Ciné Expert ainsi qu'à Photo Ciné Revue, première revue française de photographie. Dans le cadre de sa vie professionnelle, il passe ainsi des milliers d'heures au laboratoire photo... avant que la révolution numérique ne l'atteigne finalement en 1995. Aujourd'hui à la retraite, Claude Bouchot défend avec passion la photographie numérique... non sans une pointe de nostalgie pour son métier de photographe argentique.



Autre titre de Claude Bouchot :
Mieux connaître Dieu (avec Karin Bouchot), 2008.


http://www.souvenirsdephotographe.fr

    • Compétence Photo

      Une vie de photographe

      Difficile de présenter Claude Bouchot en quelques mots. Autodidacte dans les années 60 durant son service militaire, il reprend les études pour devenir photographe scientifique et se passionne notamment pour la sensitométrie dont l’objet d’étude est « la relation de la lumière avec la surface sensible ». A la fin des années 70, il devient journaliste indépendant pour les revues Photo Ciné Expert et Photo Ciné Revue. Tous ces souvenirs de photographe, Claude Bouchot les a rassemblés dans cet essai autobiographique. Celui-ci aborde des notions techniques, mais révèle avant tout un parcours empli de passion et de persévérance, entre photographie argentique et numérique. (Gérald Vidamment, Rédacteur en chef)
      01.09.2010

    • La Nouvelle République du Centre Ouest

      Photographe, le plus beau métier du monde

      Claude Bouchot a en effet exercé jusqu'à sa retraite en 2006 le métier de photographe scientifique à l'Inra […] Avec passion qui plus est, du temps de la photo argentique. C'est le témoignage de ce temps révolu qu'il livre dans un ouvrage sorti il y a peu (Photographe, le plus beau métier du monde, aux éditions BoD). […] En fait, Claude Bouchot l'avoue lui-même : il était avant tout passionné par le travail en laboratoire : « […] J'ai toujours été attiré par l'étude de l'effet de la lumière sur une surface photosensible, par la recherche de la qualité pour l'ombre et la lumière... » Là se situait la plus grande partie de son savoir-faire : « En argentique, on avait l'ombre ou la lumière, la qualité pour l'un ou pour l'autre et moi j'essayais d'avoir un peu les deux. » […] « Cette problématique de l'argentique a disparu avec le numérique... » D'où une pointe de nostalgie pourtant vite balayée par une adhésion sans réserve au numérique : « Le plaisir que je décris était réservé avant à une caste qui disposait du savoir et du savoir-faire », remarque-t-il. « Avec le numérique, tout le monde peut retoucher ses photos. C'est un progrès indéniable. » A condition bien sûr que le métier de photographe ne devienne pas un métier de presse-bouton : malgré les évolutions ou révolutions techniques, être photographe reste une question de regard. Pour cela, le livre de Claude Bouchot est salutaire : il remet certaines choses à leur place sans tomber sur le « c'était mieux avant »... Une hauteur de vue rare, surtout quand on a vécu en direct l'obsolescence de l'essence de son métier. François Bluteau
      01.05.2010

    • L'Est Républicain

      Photographe, le plus beau métier du monde

      Aujourd’hui à la retraite, et après un remier livre co-écrit avec son épouse Karin [Mieux connaître Dieu, 2008, BoD], ce passionné de photo […] vient de récidiver […] Dans son essai autobiographique « qui pourrait s’intituler Souvenirs de photographe », Claude Bouchot apporte un témoignage intéressant et instructif sur la technique de la photographie argentique et son apogée. […] Dans cet ouvrage, préfacé par le journaliste, Roger Bellone (auteur d’une quinzaine de livres techniques sur la photographie), Claude Bouchot raconte qu’il défend aujourd’hui avec passion la photographie numérique, persuadé toutefois que « l’argentique n’a pas dit son dernier mot ». […] Photographe, le plus beau métier du monde (Editions BoD – 10 €) est actuellement présenté au Salon du Livre de Paris qui se tient jusqu’au 31 mars. Martine Schoenstein, 28-3-2010 www.estrepublicain.fr L'EST RÉPUBLICAIN, mars 2010
      01.03.2010

Autres livres de cet auteur

CONNEXION myBoD