Retour vers l'aperçu

Place

8
La Désencyclopédie du Groland
Ming, Candy
Couverture souple
104 Pages
ISBN 978-2-322-07660-4
€ 20,00
TVA incl., Envoi en sus
  • Description
  • Auteur
  • Critiques presse (0)

La Désencyclopédie du Groland

CE LIVRE EST PROSCRIT POUR TOUS LES GROLANDAIS DE PLUS DE 200 ANS .... ATTENTION ;-)
Nous nous efforçons de publier cette désencyclopédie du Groland

Cette désencyclopédie a été revisitée de sa première version.

Candy Ming

Candy Ming, « Miss Ming » ou Candy Rainbow selon mes activités
C'est grâce à Benoît Delepine, alias Michael Kael, qui me tape sur l’épaule alors je lui déclame mes vers sur une plage. "Le Quadrillé des homards".
Je lui tape dans l’œil. Un « alors ça va, fumier de lapin ? » plus tard – apostrophe chaleureuse puisée dans sa région picarde d’adoption – et me voilà stagiaire de la Présipauté. Avec son acolyte Gustave Kevern, Benoît Delepine me propose ensuite de « tuer un patron » dans son film, Louise-Michel. Crâne rasé, me voilà projetée sur grand écran. « Je ne savais pas ce que je valais au cinéma. Mais ça leur a plu. Et ils m’ont donné une autre chance sur Mammuth. »

Oui, je suis différente , car je pense que c’est une grande valeur dans cet univers. » .
Quand je rencontre Gérard Depardieu, je le salue d’un « Dudule » et lui en donne la définition : « Trou du cul ».
Et là il éclate de rire et me dit de monter sur sa moto pour faire des concours de poésie pour Mammuth de Gustave de Kervern et de Benoit Delépine.

Dessins, animation, peinture, livres, chansons, comédie… Ma boîte à outils de la bricoleuse de la vie est pleine à craquer.

Yolande Moreau me confie le premier rôle féminin de son film Henri. « La plus belle expérience de ma vie. Yolande est géniale, c’est vraiment quelqu’un d’humain.
Et puis après avoir bien cuisiné un plat tahitien, le beau Christian Vincent me donne un rôle d'une victime Jessica Burton qui témoigne à la barre devant Fabrice Lucchini alias Racine.

www.missming.org

Société protectrice des artistes abandonnés SPAA (éd.)

La SPAA (Société Protectrice des Artistes Abandonnés) est une association à but non lucratif dans le but est d’adopter des artistes laissés sur le carreau. Le slogan : artiste laissée sur le carreau, sacré numéro. J’ai imaginé le logo et c’est Félix, ancien dessinateur de Siné Hebdo qui l’a dessiné. La SPAA a été crée par Lizzy Popolini et c’est elle qui décide d’adopter oui ou non les artistes ou les grolandais qui ont perdu les 1 000 points de leur identité. Elle m’a engagée comme porte-parole et je peux lui proposer des projets comme le premier s’appelant Farfelades au nombre de 100 exemplaires, c’est Baby J alias Jordan Mangon qui a fait les illustrations, parti rejoindre l’étoile la plus brillante le 15 octobre 2008, à 14h35. Il est infographiste et il a des trésors d’inventions encore.
Il vaut mieux se laisser bercer par ses jeux de langage et sa malice. Il y a en effet comme une boule à facettes accrochée en elle et dont les couleurs zèbrent les paroles.

CONNEXION myBoD