Vade-mecum du photographe

Vade-mecum du photographe

notice abrégée du daguerréotype et de la photographie sur papier

Marc-Antoine Gaudin

Arts & photo

Couverture souple

176 pages

ISBN: 9782322420483

Éditeur : Books on Demand

Date de parution : 13.05.2022

Langue: français

Impression couleurs: non

Évaluation:
0%
18,00 €

TVA incluse / Envoi en sus

disponible (dès maintenant)

Votre propre livre !

Devenez auteur avec BoD et vendez votre livre et votre ebook en librairie.

En savoir plus
Marc Antoine Gaudin, né le 5 avril 1804 à Saintes et mort le 2 août 1880 à Paris 5e, est un scientifique français. Vade-mecum du photographe (sous-titré : notice abrégée du daguerréotype et de la photographie sur papier, avec un répertoire de chimie et physique et un formulaire) est une oeuvre écrite par Marc Antoine Gaudin.
Cet ouvrage historique publié dans la seconde moitié du XIXe siècle est l'un des premiers guides destinés aux photographies argentiques.
Marc-Antoine Gaudin

Marc-Antoine Gaudin

Marc Antoine Gaudin, né le 5 avril 1804 à Saintes et mort le 2 août 1880 à Paris 5e, est un scientifique français qui travaillait au Bureau des longitudes à Paris afin de financer ses nombreuses recherches.

Gaudin expérimente et brevète de nombreuses inventions en optique, en chimie et en mécanique. Il travaille également sur les daguerréotypes avec son frère cadet Alexis Gaudin, qui tient alors une boutique de photographie et qui rachète en novembre 1851 le journal La Lumière qu'il va gérer jusqu'en 1867. Ils montent ensemble une entreprise de stéréoscopie dans les années 1850, Marc-Antoine s'attelant à la recherche tandis qu'Alexis s'occupe des affaires commerciales. Ils sont ensuite rejoints par leur troisième frère, Charles Gaudin, qui ouvre boutique rue de la Perle à Paris.

Lors de l'Exposition universelle de 1867 à Paris, Marc Antoine Gaudin expose une grande molécule de « Brewsterite, heulandite épistilbite » selon sa théorie de morphogénie moléculaire, qui montre la disposition des atomes dans le cristal. C'est son collègue du Bureau des longitudes, Camille Flammarion, alors rédacteur scientifique du journal Le Siècle, qui en fait la description et déplore le manque de reconnaissance envers l'inventeur2.

Entre 1867 et 1872, Marc Antoine Gaudin obtient par quatre fois le prix Trémont attribué aux « savants sans fortune ».

Il n'y a pour le moment pas de critique presse.

Rédigez votre propre commentaire
Merci de vous connecter ici à votre compte client pour laisser un avis.
Recherche propulsée par ElasticSuite