Suivre le Chemin

Suivre le Chemin

Sandrine Adso

Couverture souple

84 pages

ISBN : 9782322037612

Éditeur : Books on Demand

Date de parution : 27/08/2014

Langue: français

Impression couleurs : non

Évaluation:
0%
9,00 €

TVA incluse / Envoi en sus

disponible (dès maintenant)

Votre propre livre !

Devenez auteur avec BoD et vendez votre livre et votre ebook en librairie.

En savoir plus
Mon chemin est une forêt universelle, elle est peut- être imaginaire, mais je la connais, là où je voyage et découvre la Nature (de l’Homme).
Ce fut un jour comme celui-ci où je vis les ténèbres s’effondrer. Un miracle… Aussi, j’ai présenté mes condoléances à tous les êtres de la nuit pour en conserver le souvenir et ne pas oublier leurs regards sur, (ce qu’ils appellent) l’être, ainsi devenir moins vulnérable devant les êtres ténébreux.
J’ai choisi de chercher une plage d’amour. Sur cette plage existe tout de même des dangers l’Homme peut devenir la victime d’une chevelure, de femme ou de sirène. Mais ce danger et c’est là ce qui en fait la beauté peut devenir un rêve « océane ». Sur cette plage fusent de toutes parts des pensés furtives, voire joyeuses.
Rimbaud ne percevait pas la beauté comme les non-initiés, pour lui la beauté c’est d’abord un jouet, peut-être parce qu’il y avait à la fois le ciel et la mer et donc toute liberté. En tout cas il la bien perçut, moi j’ai rencontré un ami il s’appelait Martial avec lui j’ai joué avec le sable et la mer, mais sans chercher à démêler la beauté de la laideur. Rimbaud lui cherchait la beauté pour l’asseoir sur ses genoux et l’injurier. Celui qui n’est pas poète joue aussi, sans chercher le beau du laid, le bien du mal, juste de l’eau d’enfant, la rose du premier matin.
Il y avait également ceux d’Ecléve, qui écumaient de rire dans l’eau d’enfant, et pouvaient voir la rose du premier matin. C’était un hasard, un choix, peut-être même un dessein pour adoucir l’horizon de nuit.
Il y a effectivement une présence douce, faite comme nous de sang d’oxygène et d’hydrogène. Mais surtout il y avait ce corps lumineux, que j’attendais, sur le chemin des pierres, où je suis allée pour toi.
Ce corps lumineux qui interpelle, fascine et interroge, finalement faut-il suivre le chemin ? Faut-il être ou ne pas être ?
Sandrine Adso

Sandrine Adso

Sandrine Adso, Docteur Ès Lettres a connu depuis ses plus jeunes études une passion, une admiration et un réconfort ardents envers la poésie.
Le collège et le lycée firent d'elle : une "littéraire" comme on dit. Ce furent alors, les premiers cahiers intimes de poésie..., bien sûr égarés.
Il lui faudra attendre les années universitaires pour passer de l'écriture virtuelle à l'édition.
À la fin de ses études universitaires un thèse doctorale a définitivement inscrit sa passion et sa vie dévouée à l'écriture poétique. Une écriture personnelle et qui appelle à la tolérance pour ses lecteurs.

Il n'y a pour le moment pas de critique presse.

Rédigez votre propre commentaire
Merci de vous connecter ici à votre compte client pour laisser un avis.