Ça roule pour les jeunes et l’écriture (1/2)

Ça roule pour les jeunes et l’écriture (1/2)

L’écriture n’est réservée ni à une certaine élite, ni aux adultes. Que ce soit sous forme d’un blog, de tweets ou de correspondance, les jeunes écrivent de plus en plus et c’est une très bonne nouvelle. Créative, sans complexe et déterminée, la jeunesse a plein de choses à raconter !

Portraits | Noémie Machner

L’auto-édition permet à cette jeunesse pleine de créativité et d’idées de coucher sur papier leurs rêves et leurs idéaux, leur fantaisie et pensées poétiques ou tout simplement leurs bon plans.

Des jeunes auteurs, il y en a de plus en plus chez BoD. Je vous propose de découvrir deux d’entres-eux, Aurélie Mathilde et Marie. La première  vient de décrocher son bac L, la deuxième est au collège. Aurélie-Matilde écrit de la littérature contemporaine, Marie a publié un livre fantastique.

Je vous propose de découvrir aujourd’hui l’interview d’Aurélie Mathilde. Bonne lecture !

Depuis quand écrivez-vous et que représente l’écriture pour vous ?

Chez moi, écrire relève presque de l’instinct. C’est inné. J’ai commencé à écrire de courts poèmes en vers à l’âge de huit ans. Je mettais beaucoup en avant la Nature, et je plaçais mes émotions au centre. À cet âge-là, j’avais une imagination débordante. Il suffisait que je ferme les yeux pour pénétrer dans une toute nouvelle dimension, sans pour autant échapper à la réalité. Il est vrai que je n’avais pas beaucoup d’expérience et de maturité pour écrire comme un grand écrivain, mais je savais ce que je faisais, et mon entourage m’encourageait !

L’écriture joue donc, depuis mon enfance, un rôle primordial dans ma vie. La lecture, aussi. Aujourd’hui encore, je me demande comment j’aurais pu imaginer que le seul bonheur que j’enviais était l’écriture. J’aime produire/créer. J’aime partager. Que dire d’autre, à part que je suis une passionnée de lettres ?

Depuis quelques temps, je m’impose une plage horaire pour écrire, entre quatre et cinq heures par jour (de même pour la lecture). J’ai vraiment l’intention de progresser, et j’ai aussi ce besoin de trouver un rythme d’écriture régulier et quotidien car il m’arrive parfois d’écrire toute la nuit, sachant que j’ai d’autres passions, en lien avec le dessin par exemple ou la musique car je joue du piano.

« La poésie illumine le langage puisqu’elle créait entre autres des images et des sonorités. »

La poésie est un exercice très difficile mais vous le maîtrisez très bien. Expliquez-nous d’où vient ce talent !

Pour moi, la poésie est un moyen d’appréhender le monde, de se réapproprier son expérience avec des mots. La poésie peut sembler un exercice difficile si on ne comprend pas son langage. Pour moi, c’est un univers complètement à part, une vertu qui frappe nos sens, et provoque aux lecteurs/lectrices une sensation particulière. J »aime lire des poèmes comme j’aime en écrire.

La poésie illumine le langage puisqu’elle créait entre autres des images, des sonorités (donc s’adresse à nos sens). Elle est connaissance de l’homme, par l’expression des sentiments par exemple. Elle est connaissance du monde puisque le poète nous fait voir autrement et il propose son regard sur les êtres et les choses … La poésie est un art pur et riche !

Bild

Aurélie Mathilde Paulus

Aurélie Mathilde Paulus a dix-neuf ans. Originaire de l'Hérault, elle écrit depuis ses huit ans. « Les Poésies d'hier et d'aujourd'hui » à 16 ans, « Éclairs poétiques » à 18 ans, puis « Pages enflammées pour une Plume agitée » à 19 ans, la jeune fille perce. Bachelière en série littéraire, elle prend une année sabbatique pour se ressourcer, écrire (avec beaucoup de projets en tête), lire, dessiner/peindre, et jouer du piano (tout ce qui touche à l'art) avant de commencer sa première année de licence de lettres modernes.

Son site Internet

Sa page Facebook

Pouvez-vous nous expliquer le choix de votre titre de livre ?

Au départ, mon livre devait s’intituler « Encre et sang ». Il y avait là une belle image, révélatrice d’un attachement profond entre l’encre d’une plume mêlait au sang qui coule dans mes veines. Mais ce titre me parut simpliste, alors j’ai préféré un titre plus concerté, plus poétique, aussi bien attachant qu’attrayant. « Pages enflammées pour une Plume agitée » a aussitôt résonné dans ma tête, comme par magie.

Des pages qui s’enflamment, c’est-à-dire qui se remplissent sans cesse de mots bouillonnants, imposants, pour une plume agitée, nerveuse, éclairant ma personnalité. Oui, je trouvais que ce titre avait sa place sur une couverture, alors je l’ai conservé.

Couverture autoédition

Vos parents sont très fiers de vous. Mais qu’en pensent vos amis et vos professeurs ?

Mes parents ont toujours été fiers de moi. Ils m’accompagnent dans chacun de mes projets. Ils m’encouragent et m’épaulent au quotidien. Rien que pour cela, je ne les remercierai jamais assez. Mes amis sont aussi là pour me soutenir dans mes projets. Ils aiment me lire et trouvent que j’ai une plume qui fascine pour mon jeune âge. Mes professeurs du collège Paul Riquet et du lycée Jean Moulin m’ont aussi encouragé, soutenu, félicité car il faut avoir du courage pour vouloir publier si jeune. Ils m’ont donné un tas de conseils bénéfiques et certains, avec qui je reste en contact, continuent de m’en donner, pour progresser toujours plus !

« L’utilisation des réseaux sociaux et d’un blog est indispensable dans le cadre de la promotion de mes livres. »

Autoédition blog
Le blog de l'auteur
Facebook Aurélie-Mayhilde Paulus
Sa page Facebook
Page Aurélie-Mathilde Paulus
Son compte twitter

Vous êtes jeune et vous avez grandi avec les réseaux sociaux. Vous tenez un blog et vous êtes très active sur facebook. Pouvez-vous nous dire comment les utilisez-vous dans le cadre de la promotion de votre livre ?

Je n’ai pas grandi avec les réseaux sociaux. Je les ai découvert assez tardivement (2014), mais j’ai aussitôt perçu les bienfaits qu’apportaient les sites Facebook et Twitter pour mes livres. Grâce à eux, je peux éventuellement échanger avec mes lecteurs/lectrices, répondre à leurs éventuelles questions. Je suis de ce fait très active. Aussi, j’ai rencontré des écrivain(e)s avec qui, aujourd’hui, je communique via les réseaux sociaux. Certain(e)s ont plusieurs années d’expérience, alors je leur demande des conseils quant à une meilleure façon de promouvoir mes livres. Ils (elles) me font part de leur parcours, et je trouve cela très enrichissant !

J’utilise également un blog depuis le 31 janvier 2014. Je parle de mes livres, j’y intègre des poèmes, des citations, des photos. J’évoque également ma participation, l’année dernière, au concours de nouvelles pour les 50 ans du Lycée Jean Moulin, auquel j’ai obtenu la seconde place.

Votre conseil pour les jeunes auteurs ?

C’est en écrivant régulièrement qu’on persévère. C’est en persévérant qu’on progresse. Et c’est aussi en lisant qu’on progresse. Comme mon professeur d’histoire de mes deux dernières années de lycée m’a dit : « Nous sommes des nains juchés sur les épaules de géants. Nous voyons ainsi davantage et plus loin qu’eux, non parce que notre vue est plus aiguë ou notre taille plus haute, mais parce qu’ils nous portent en l’air et nous élèvent de toute leur hauteur gigantesque. » (Bernard de Chartres, immense philosophe du XII° siècle). Cette citation veut nous faire comprendre qu’un talent, tel qu’il soit, s’enrichit, se nourrit toujours de celui des autres, des anciens.


L'importance de l'école dans le processus d'écriture.

« Il m'est souvent arrivé, au collège, d'utiliser la poésie pour faire la biographie de poètes célèbres comme Victor Hugo. J'écrivais en outre une multitude de poèmes historiques. Je vouais un grand intérêt pour L'Histoire, et ce durant toute ma scolarité. En troisième, je participais à des ateliers d'écriture. Mes écrits étaient lus par beaucoup d'enseignants, et ils m'encourageaient à persévérer ! J'ai de ce fait améliorer mon style d'écriture, développé ma plume, et j'ai percé grâce à une enseignante en français (pour qui j'ai beaucoup d'admiration) qui dirigeait cet atelier d'écriture. Après qu'elle est envoyée quatre de mes poèmes à la délégation académique, à l'éducation artistique et culturelle de Montpellier, un de mes poèmes « Jean Jaurès » a été sélectionné et publié dans le florilège “Littéraire IV”, un recueil de textes. Cette distinction m'a donné alors l'impulsion nécessaire pour me lancer dans la publication de mon premier recueil de poésies « Les Poésies d'hier et d'Aujourd'hui », paru en janvier 2014 aux Éditions Mélibée, jusqu'à l'arrivée du tout dernier « Pages enflammées pour une Plume agitée », publié en août 2015 aux éditions BoD. »

  1. Brahim le 02.02.2016, 18:04 :

    A ton âge, on manque d’expérience et de maturité comme tu as souligné. Mais tu as le talent et l’envie de progresser en plus du soutien de ton entourage. Cela est bien prouvé puisque ton palmarès compte déjà deux recueils. C’est passionnant ! Les Molière, les Hugo, les Baudelaire, les Agatha Christie, les Benoîte Groult, les Marguerite Yourceunar peuvent dormir tranquillement. Aurélie Mathilde Paulus est ici qui prend le relai.
    Mes compliments !

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>