Rencontre avec Pierre Thiry

Rencontre avec Pierre Thiry

Pierre Thiry, auteur très actif mais également animateur d’ateliers d’écriture, a publié plusieurs ouvrages chez BoD. Il nous raconte d’où il puise son inspiration et nous livre quelques conseils sur l’écriture et la commercialisation de ses livres. Bonne lecture !

Portraits | Noémie Machner

Vous publiez en moyenne un livre par an, tous différents les uns des autres. Comment trouvez-vous vos sujets d’écriture ?

Les quatre livres que j’ai publiés chez Books on Demand sont assez différents les uns des autres : Ramsès au pays des points-virgules et Le Mystère du pont Gustave-Flaubert ont toutefois un point commun : Charles Hockolmess, le chat noir au chapeau melon qui apparaît dans les deux livres.

Ce sont mes sujets d’écriture qui viennent à moi. Je ne fais pas grand-chose pour les chercher. Un événement produit la nécessité d’écrire. J’écris.

Isidore Tiperanole et les trois lapins de Montceau-les-Mines est né d’un jeu de mots et d’une envie d’écrire un conte autour de Montceau-les-Mines, une ville située dans une région que j’aime bien. Le Mystère du pont Gustave-Flaubert est sorti de l’impression que j’ai eue la première fois que j’ai découvert le pont Flaubert à Rouen au milieu de l’Armada 2008 (un rassemblement de grands voiliers dans ce « port maritime situé dans la Seine » qui fait le charme de la capitale Normande. Cela m’amusait que l’on ait donné le nom de Flaubert à ce pont élévateur. J’ai voulu rendre un hommage à Flaubert et à Rouen, la ville où je vis. Je l’ai fait en suivant ma fantaisie d’écriture. Ramsès au pays des points-virgules est né d’un défi lancé par ma nièce. J’ai voulu en faire une invitation à lire et à écrire.

Mon dernier livre Sansonnets un cygne à l’envers (sous-titré « cent sonnets insignes allant vers… ») est également une invitation à l’écriture. À mes yeux, la forme « sonnet » est un jeu d’écriture enthousiasmant. Je m’amuse à en écrire depuis longtemps, pour moi, ou pour des amis. J’ai voulu tenter l’expérience d’en écrire pour les publier.

Comment organisez-vous votre communication lors de la sortie d’un livre ?

Je m’organise peu. Lors de la sortie de mon premier livre publié, Ramsès au pays des points-virgules, ce sont des chroniqueuses et chroniqueurs littéraires sur des forums et des blogs littéraires qui ont commencé à s’y intéresser. Je me suis alors intéressé aux blogs qui étaient prêts à lire et à parler de mon livre. Ramsès au pays des points-virgules a reçu un nombre considérable de chroniques sur la blogosphère. Il a de ce fait acquis une visibilité que je n’aurais jamais supposé être possible. Des librairies ont été intéressées. Le journal régional Paris-Normandie m’a proposé une interview au moment de la sortie du livre.

Bild

L'auteur

Pierre Thiry ne peut pas s’empêcher d’écrire. Formé à l’animation d’ateliers d’écriture auprès du CICLOP (Centre Interculturel de Communication, Langues et Orientation Pédagogique – Paris), il anime régulièrement des ateliers d'écriture. Amateur d'art, de littérature, de musique (il a étudié le violoncelle au conservatoire de Rouen), Pierre Thiry est un grand lecteur et un bibliophile, un amoureux de liberté et de beauté. Pour suivre son actualité consultez son site Internet.

J’ai sorti Le Mystère du pont Gustave-Flaubert (qui se déroule lors d’une « armada de Rouen » fictive en 2017) quelques mois avant l’ armada de Rouen 2013, j’ai ainsi eu la chance de bénéficier d’une bonne couverture médiatique locale : invitation sur La Chaîne Normande, plusieurs articles dans la presse écrite et puis également une chronique de lecture dans la revue universitaire « Études Normandes » (numéro spécial « Regards sur l’armada et autres mises en Seine Normande »). À l’occasion de la sortie de ce troisième livre, j’ai sollicité un certain nombre de journalistes, mais plusieurs de ces coups de projecteur sont venus sans que je les sollicite.

Mon dernier livre Sansonnets un cygne à l’envers (un recueil de cent sonnets) ne pourra sans doute pas bénéficier de la même couverture médiatique. Mais il a déjà reçu plusieurs chroniques très élogieuses sur la blogosphère. Les dix premières critiques parues sur le forum Babelio l’ont très bien noté (note moyenne de 4,5/5) et une chroniqueuse (la rédactrice du blog « Les Livres d’Aline ») a été jusqu’à me qualifier de « Rostropovitch de l’écriture », un compliment auquel le violoncelliste amateur que je suis a été sensible.

Pierre Thiry ©LydieLemaire

Vous êtes très actif sur les réseaux sociaux, que vous apportent ces moyens de communication ?

J’ai découvert les réseaux sociaux assez tardivement, et je me suis aperçu que c’était assez indispensable pour avoir des visiteurs sur mon site Internet. Je passe beaucoup de temps sur les réseaux sociaux, un peu trop. Cela permet de prendre contact avec des blogueurs, et assez souvent de découvrir des blogs très bien faits, très passionnants. Cela permet de communiquer sur les signatures, sur les salons du livre. Lors du dernier salon du livre de Paris, j’ai d’ailleurs rencontré beaucoup de blogueurs qui venaient exprès pour me voir. Cela m’a beaucoup touché, et m’a même un peu surpris.

Les réseaux sociaux permettent également de faire connaître mes livres au-delà des frontières. Je crois que c’est grâce à eux qu’une étudiante de l’université de Constantine en Algérie, Lilia Zermane, s’est intéressée à mon livre Ramsès au pays des points-virgules. Elle vient de lui consacrer un mémoire de Master « Analyse du discours littéraire » intitulé : « Lecture intertextuelle et enchâssement dans Ramsès au pays des points-virgules de Pierre Thiry ».  J’avais écrit ce livre au départ presque sous la forme d’une plaisanterie. Le voir aujourd’hui reconnu par un travail universitaire aussi sérieux, rédigé après avoir lu les ouvrages de Gérard Genette ou de Julia Kristeva, est une surprise tout à fait inattendue et qui m’a bien fait plaisir.

Comment démarchez-vous les librairies ?

J’aime passer du temps en librairie et j’aime parler aux libraires. Les premiers contacts que j’ai pris avec les libraires étaient donc presque des « contacts de hasard », j’entrais pour chercher un livre et je parlais des miens. Pour Le Mystère du pont Gustave-Flaubert, j’ai contacté par courrier et par téléphone un certain nombre de libraires en Normandie et puis ensuite dans d’autres régions. J’ai contacté parallèlement les librairies et les bibliothèques municipales. Plusieurs bibliothèques ont acheté Le Mystère du pont Gustave-Flaubert en librairie. Cela a été un argument qui a séduit certains libraires. Le contact avec les libraires peut également se faire par l’intermédiaire de la participation à des salons du livre. Il n’est pas rare que des salons du livre (surtout dans de petites communes) soient organisés en partenariat avec une librairie qui commande les livres. Je dois avouer que le fait que BoD dispose d’un bon référencement et d’un réseau de distribution efficace et professionnel facilite grandement le contact avec les libraires. Lors du dernier salon du livre je suis allé rencontrer les responsables du stand leslibrairies.fr (un réseau de vente en ligne regroupant des librairies indépendantes). J’avais eu avec eux des contacts téléphoniques très sympathiques, ils ont été très réceptifs à la sortie de mes livres. J’étais heureux de pouvoir le leur dire en direct sur leur stand. Je n’ai pas voulu les déranger car ils étaient en pleine conversation avec une dame, manifestement libraire… Quelques heures plus tard, en sortant du salon du livre, je me retrouve dans le métro en face de cette dame… Pendant tout le trajet, j’ai donc parlé avec elle vente de livres en librairies et sur Internet en prenant l’exemple de mon livre Le Mystère du pont Gustave-Flaubert… La véritable communication avec les libraires est aussi faite de bouche-à-oreille : la preuve.

Vous animez des ateliers d’écriture, quels sont vos 5 conseils d’écriture ?

1. Asseyez-vous à une table, prenez un stylo, du papier, un cahier, écrivez.

2. Prenez le temps, beaucoup de temps. Écrire, c’est bien souvent avancer à la vitesse d’un marcheur.

3. Lisez, écrivez, lisez, écrivez

4. Venez participer à mes ateliers d’écriture !!!

5. Méfiez-vous des conseils, écrivez comme bon vous semble, prenez plaisir à le faire.

Sansonnets, un cygne à l'envers

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>