Trouvez des lecteurs sur les réseaux sociaux

Trouvez des lecteurs sur les réseaux sociaux

Anaïs Bon, community manager, nous livre ses conseils pour trouver des lecteurs sur les réseaux sociaux et fidéliser son lectorat. Parce que l’activité d’un auteur sur les réseaux sociaux diffère selon le genre du livre, elle s’adresse aujourd’hui aux auteurs de fiction.

Conseils, Général | Noémie Machner

Que vous écriviez des romans, des nouvelles ou même de la poésie, vous avez certainement à cœur de toucher l’imagination de nombreux lecteurs. À cet égard, les réseaux sociaux peuvent être pour vous des outils précieux. Non seulement ils peuvent vous permettre de vous faire connaître sans avoir à mobiliser un budget publicitaire, mais ils vous ouvrent l’accès à un lectorat que vous n’auriez pas croisé autrement, et qui peut être vraiment séduit par votre œuvre. Vous pourrez bénéficier en direct de ses impressions de lecture. Enfin, ces lecteurs qui seront aussi vos followers (sur Twitter) ou vos fans (sur Facebook) entretiendront le bouche-à-oreille et deviendront vos ambassadeurs.

Comment développer son lectorat ?

Vous allez gagner des lecteurs de deux façons.

La première est naturelle et repose sur la régularité et la qualité de vos publications. Quand vous créez votre profil (ou votre page) sur un média social, commencez par vous reliez à tous les gens que vous connaissez dans la vraie vie et qui sont susceptibles d’être intéressés par ce que vous écrivez. Puis déployez votre univers d’auteur : partagez des extraits, les coulisses de la création, ce qui nourrit votre inspiration. On ne peut pas commencer trop tôt : commencez votre communication sur les réseaux sociaux dès que vous commencez à écrire votre livre. Si vos publications sont intéressantes, vos contacts les partageront et d’autres personnes vous suivront. Un bon usage des mots clés permettra également d’attirer des lecteurs intéressés par l’univers de votre livre. Par exemple, si votre roman se passe dans le Berry, utiliser le hashtag #Berry permettra aux internautes passionnés par cette région de vous découvrir.

« L’idée n’est pas de « vendre votre soupe », mais bien de créer des liens. »

Bild

Anaïs Bon

Anaïs Bon est community manager freelance et coach social media. Depuis 2013, elle collabore avec les Éditions Diateino aussi bien pour accompagner la diffusion de leurs ouvrages sur le web que comme blogueuse et traductrice. Auteur de quatre recueils de poésie, elle est membre fondatrice de l'association Mémoire Vivante, qui œuvre au soutien et à la promotion de poètes contemporains.

Son site Internet

Se lier plutôt que vendre

La deuxième manière d’attirer l’attention des lecteurs est d’aller les chercher délibérément. Imaginons que vous ayez écrit des nouvelles fantastiques. Prenez un temps d’exploration pour voir où (sur quels réseaux, parmi les fans de quelles pages, derrière quels hashtags) se trouvent les amateurs de littérature fantastique. Si par exemple H.P. Lovecraft fait partie de vos inspirations, cherchez des groupes de lovecraftiens francophones sur Facebook, ou des gens qui citent Lovecraft sur Twitter. Puis entrez en contact avec eux. Ajoutez-les, interagissez, alimentez la discussion. L’idée n’est pas de « vendre votre soupe », mais bien de créer des liens.

Sur quels réseaux être présent ?

Tout dépend de la nature de votre livre, mais aussi de votre appétence personnelle. Mettre en place une stratégie de communication sur les réseaux sociaux demande du temps et de la régularité, donc pour le faire bien, il faut que vous y preniez plaisir. Mieux vaut être bien actif sur un réseau que mal sur trois ! Si vous aimez prendre des photos, Instagram est fait pour vous. Twitter est parfait pour qui a le sens de la formule concise et percutante. Et si vous aimez parler en public, pourquoi ne pas tester Facebook Live ou Periscope ?

facebook-image

Petit focus sur Facebook

Facebook se prête bien à la communication autour d’un livre de fiction, car il est très grand public et permet de varier les formats de publications. Vous pouvez y diffuser des textes courts ou longs, des photos, des vidéos…tout est permis, et la variété est plus que bienvenue. Une nuance toutefois : essayez autant que possible de toujours inclure une image dans vos statuts. Selon une étude de Skyword, « le nombre total de vues augmente en moyenne de 94% si un article publié contient une photo ou une infographie pertinente, en comparaison d’articles sans image dans la même catégorie. »

Une page, des pages, un profil ?

Une bonne stratégie peut être de créer une page Facebook par ouvrage, plus une qui vous soit consacrée en tant qu’auteur. Vous pouvez aussi faire le choix de gérer votre image d’auteur via un simple profil personnel. Deux avantages à cela : vous pouvez aller chercher des personnes et les ajouter, et l’algorithme de Facebook privilégie les publications des « amis » par rapport à celles des pages. Mais deux inconvénients aussi : vous ne pouvez pas analyser l’effet de vos publications via des statistiques détaillées comme avec une page, et surtout vous risquez la confusion des genres. A vous de voir à quel point vous souhaitez distinguer votre image d’auteur de votre image quotidienne. Le héros de votre roman peut aussi avoir son propre profil, et s’y exprimer à la première personne !

 

Le prochain article sera consacré à l’utilisation des réseaux sociaux par les auteurs de livres pratiques ou spécialisés. À très vite !

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>