Surmonter le syndrome de la page blanche

Surmonter le syndrome de la page blanche

L’écriture d’un livre est un long processus, parfois semé d’embûches et de moments de doute. Le syndrome de la page blanche n’est jamais un moment agréable pour un auteur, même s’il est très commun. Voici quelques conseils pour vous aider à y faire face !

Conseils | Julie Drouet
night-office-shirt-mail light art

Cette situation vous est très probablement familière : lorsque vous avez commencé votre manuscrit, vous étiez débordant de motivation. Vous avez couché vos premiers mots sur le papier avec aisance. Un jour, quelque temps après, vous vous installez confortablement devant votre ordinateur (ou votre cahier, bien sûr), un café ou un thé à portée de main, avec la ferme intention d’avancer sur votre livre. Vous fixez votre document et là… c’est la panne sèche.

Les mots ne viennent pas, l’inspiration semble avoir disparu. Ou, plutôt, des idées vous viennent mais tout vous semble inintéressant, rien n’est digne d’être écrit. Vous avez comme perdu l’inspiration, le souffle d’écrire. Plus vous tentez de lutter contre ce vide qui se crée dans votre tête, plus vous vous sentez bloqué. Et vous commencez à douter de vous…

C’est le syndrome de la page blanche, bien connu des auteurs, même des plus expérimentés (Mark Twain ou Ernest Heminghway en parlaient déjà, et, de nos jours, Joël Dicker en a même fait le sujet d’un de ses romans).

Il n’y a bien sûr pas de recette miracle à ce passage quasi obligé de la vie d’auteur, mais plusieurs réflexes et habitudes peuvent vous aider à dépasser ces angoissants moments de blocage. Nous vous livrons quelques conseils pour vivre un peu plus sereinement ces pannes d’inspiration.

5 astuces pour (re)trouver l’inspiration

1

Demandez-vous si vos attentes ne sont pas trop hautes

On ne le répétera jamais assez : le premier jet de votre manuscrit n’est pas censé être parfait. À ce stade, il s’agit surtout de coucher vos idées sur le papier et d’ébaucher une sorte de colonne vertébrale du livre (même bancale !). Relire, supprimer et corriger continuellement pendant que vous écrivez interrompt votre flux d’écriture et peut vous bloquer petit à petit.
Pour une fois, essayez d’écrire sans vous arrêter pour des détails : libérez tout ce qui vous passe par la tête, et n’accordez pas trop d’attention à d’éventuelles erreurs ou incohérences. Vous ne garderez finalement peut-être pas certains passages, ce n’est pas grave.
Bien sûr, c’est bien normal que vous vouliez un livre sans erreurs ni fautes d’orthographe, mais ne vous inquiétez pas, ces étapes arriveront plus tard ! Chaque chose en son temps, surtout en édition.

2

Écrivez en désordre

Un livre ne doit pas forcément être écrit du début à la fin ! C’est-à-dire qu’il n’y a aucune règle gravée dans le marbre selon laquelle vous devriez obligatoirement terminer ce paragraphe qui vous donne du fil à retordre avant d’en commencer un nouveau. Cette idée préconçue emprisonne et cela vous fera du bien de vous en libérer.
Si l’intrigue d’un chapitre n’avance pas, ou qu’un passage en particulier vous bloque, attelez-vous tout simplement à une autre partie. Voire commencez à écrire le milieu d’une action, en sautant le début qui vous pose des difficultés…
Si vous en avez (et nous vous le conseillons), parcourez de nouveau vos recherches ou vos notes préparatoires : prendre un peu de recul vous aidera à vous aérer la tête et à revenir à l’atmosphère, à l’esprit de votre ouvrage. Un nouvel éclairage donne toujours un regain d’inspiration dans un processus créatif.

3

Changez de lieu d’écriture

Quand regarder par la fenêtre ne suffit plus et que vous étouffez entre quatre murs, alors prenez votre ordinateur (ou votre cahier !) sous le bras et sortez. Un nouvel environnement peut tout changer. Pourquoi ne pas écrire dans un parc près de chez vous, dans une bibliothèque, ou dans un café ? Ou bien au bord d’un lac, devant l’océan ou dans la forêt ? (Tant que tiendra la batterie de votre ordinateur !) Cherchez autour de vous des lieux qui vous inspirent et vous donnent confiance tout en vous assurant la tranquillité nécessaire au travail d’écriture.

laptop-notebook-working-outside super light

4

Faites une pause

Selon les études scientifiques, le cerveau fonctionne mieux lorsqu’il peut prendre régulièrement des moments de pause. N’oubliez pas de lui en donner !
Sortez faire un tour et respirer de l’air frais. Ou bien rejoignez des amis : parler avec des proches de votre blocage (ou de complètement autre chose !) vous fera du bien. L’important est d’évacuer la frustration et de vous changer les idées.
Faire de l’exercice est aussi une bonne option. Se dépenser libère des endorphines et stimule la capacité de concentration, de quoi vous donner l’énergie et l’attention nécessaires pour votre remettre à votre bureau.

5

Inspirez-vous des autres

Si vous rencontrez un blocage avec une formulation ou un passage en particulier, peut-être que lire d’autres textes que vous aimez pourra vous aider. Pas pour copier ces textes ou en voler les idées, mais pour vous en inspirer et observer comment d’autres auteurs choisissent leurs mots et cisèlent leur style.
Une autre façon efficace d’enrichir son imagination est d’ouvrir son horizon. Il n’y a pas que la littérature dans la vie, alors regardez des films ou des documentaires, écoutez des musiques, sélectionnez des photos qui correspondent à votre histoire… Un film qui correspond au genre de votre livre, se déroule à la même époque ou dans le même endroit géographique peut être une excellente source d’inspiration.

Nous espérons que ces simples conseils vous aideront à avancer sur le chemin de l’écriture avec bonne humeur et sérénité retrouvées.

Écrire un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>